• Tchincha, la fava

    Avez vous jouer à
    chincha la fava.


     Deux équipes étaient confrontées, (entre 6 et 8 joueurs par équipe)
    Les porteurs et les sauteurs. Les porteurs étaient à la queue leu-leu, courbés, la tête à la hauteur des fesses de celui qui était devant pour former une chenille contre le ventre du capitaine debout contre un mur, ou un arbre, faisait office de capitaine. 
    Les sauteurs, du même nombre que les porteurs, devaient sauter le plus loin possible à califourchon sur le dos des camarades.
    On faisait sauter d’abord les plus agiles, dotés d’une bonne détente.
    En posant les mains sur le dos du premier porteur il fallait retomber le plus loin possible, tout près de celui qui servait de "cabecerra", (coussin) contre le mur, pour que tous les sauteurs puissent tenir sur cette chenille humaine, en criant : ‘‘Tchincha, la fava el qué sé cahé paga’’.
    Quand nous étions tous sur le dos de la première équipe, ceux-ci remuaient au maximum sans se détacher pour essayer de nous faire tomber.
    Le premier groupe qui s’écroulait avait perdu et reprenait le rôle de porteur. « Mama mia que je vous dis pas le nombre de gamelles que j’ai pu prendre et à chaque fois c’était avec des bleus.
    Aujourd’hui on dirait "jeu bête et brutal", mais à cette époque, c’était le roi des jeux .
    Je serais curieux de savoir s’il y en a un seul de cette époque qui n’a pas joué à "Chincha la fava". Ce jeu était à la mode dans tous les quartiers de là-bas.

     Si ça vous dit, vous pouvez toujours essayer.

     

     

    « Heures d'été 2016CP Mme DARNAULT »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :