• 2 commentaires
  • CHANGEMENT D'HEURE
    Nous sommes à la veille de la date du passage à l'heure d'été 2016. Un changement d'heure qui vient bouleverser le quotidien des Français deux fois par an...

      Le changement d'heure est imminent. Et c'est un passage que beaucoup de Français appréhendent voire redoutent à l'approche du printemps. Le changement d'heure 2016 aura lieu dans la nuit de samedi à dimanche. Entre les 26 et 27 mars donc, nous avancerons dans le temps : à 2 heures du matin, il sera 3 heures. Une modification qui nous fera perdre une heure de sommeil, mais gagner une heure de jour chaque soir jusqu'à l'automne et le changement d'heure suivant, qui aura lieu le dernier week-end d'octobre.

    Le changement d'heure pose de nombreuses questions chaque année. L'idée est de faire correspondre les horaires d'activité et de consommation d'énergie (et en particulier d'éclairage) avec les horaires d'ensoleillement. Le but ? Limiter les dépenses d'éclairage. Alors on dit merci au gouvernement de Jacques Chirac qui a adopté ce système en 1975. À l'époque, il était devenu crucial de limiter la consommation d'énergie alors que la crise pétrolière battait son plein. Selon le ministère de l'Écologie, le dégagement de 44 000 tonnes de CO2 serait ainsi évité.


    votre commentaire
  • Amateurs de Français.

       Mais comment pourrait-on écrire cette phrase: en avez-vous la réponse ?... 

    Dans une main, j'ai un VER de terre et dans l'autre, un VERRE d'eau.
    J'ouvre les deux mains et... les deux VER.... (?!) tombent.
       
    Comment faudrait-il écrire: "VER..................", à votre avis ? ( je ne sais pas)

          Curieux notre français, n'est-il pas ?
    On appelle ceci des "Homographes non homophones
    Car ces mots s'écrivent de la même façon mais se prononcent autrement suivant le sens....
    Pauvres Flamands (ou Suisses) qui apprennent le français !  

    En français : deux mots composés des mêmes lettres se prononcent toujours de la même façon ! En êtes vous bien sûr ?

     

    Voici quelques exemples d’homographes de prononciations différentes !

     (Homographes non homophones)

    Sortant de l’abbaye où les poules du couvent couvent, je vis ces vis.
    Nous portions nos portions, lorsque mes fils ont cassé les fils.
    Je suis content qu’ils vous content cette histoire.
    Mon premier fils est de l’Est, il est fier et l’on peut s’y fier.
    Ils n’ont pas un caractère violent et ne violent pas leurs promesses
    Leurs femmes se parent de fleurs pour leur parent. 
    Elles ne se négligent pas, je suis plus négligent. 
    Elles excellent à composer un excellent repas avec des poissons qui affluent de l’affluent
    Il convient qu’elles convient leurs amis, elles expédient une lettre pour les inviter, c’est un bon expédient. 
    Il serait bien que nous éditions cette histoire pour en réaliser de belles éditions.      

    Voyons aussi quelques exemples d’homographes de même prononciation  

    (Homographes homophones)

    Cette dame qui dame le sol
    Je vais d'abord te dire qu'elle est d'abord agréable.
     Calais, où je calais ma voiture, le mousse grattait la mousse de la coque.
    Le bruit dérangea une grue, elle alla se percher sur la grue.
    On ne badine pas avec une badine en mangeant des éclairs au chocolat à la lueur des éclairs. 
    En découvrant le palais royal, il en eut le palais asséché. 
    Je ne pense pas qu'il faille relever la faille de mon raisonnement.

     

    Voici l'exemple le plus extraordinaire de la langue française : mot de sens différent mais de prononciation identique)

    Le ver allait vers le verre vert et non vers la chaussure de vair gris argenté.

     

    Pour les amateurs de langue française, un vrai petit bijou :

    Loin des vieux livres de grammaire,
    Écoutez comment un beau soir,
    Ma mère m'enseigna les mystères
    Du verbe être et du verbe avoir.

    Parmi mes meilleurs auxiliaires,
    Il est deux verbes originaux.
    Avoir et Être étaient deux frères
    Que j'ai connus dès le berceau.

    Bien qu'opposés de caractère,
    On pouvait les croire jumeaux
    Tant leur histoire est singulière.
    Mais ces deux frères étaient rivaux.

    Ce qu'Avoir aurait voulu être
    Être voulait toujours l'avoir.
    À ne vouloir ni dieu ni maitre,
    Le verbe Être s'est fait avoir.

     Son frère Avoir était en banque
    Et faisait un grand numéro,
    Alors qu'Être, toujours en manque.
    Souffrait beaucoup dans son égo.

    Pendant qu'Être apprenait à lire
    Et faisait ses humanités,
     De son côté sans rien lui dire
    Avoir apprenait à compter.

    Et il amassait des fortunes
    En avoirs, en liquidités,
    Pendant qu'Être, un peu dans la lune
    S'était laissé déposséder.

    Avoir était ostentatoire
    Lorsqu'il se montrait généreux
    Être en revanche, et c'est notoire,
    Est bien souvent présomptueux.

    Avoir voyagé en classe Affaires.
    Il met tous ses titres à l'abri.
    Alors qu'Être est plus débonnaire,
    Il ne gardera rien pour lui.

    Sa richesse est tout intérieure,
    Ce sont les choses de l'esprit.
    Le verbe Être est tout en pudeur,
    Et sa noblesse est à ce prix.

    Un jour à force de chimères
    Pour parvenir à un accord,
    Entre verbes ça peut se faire,
    Ils conjuguèrent leurs efforts.

      Et pour ne pas perdre la face
    Au milieu des mots rassemblés,
    Ils se sont répartis les tâche
    Pour enfin se réconcilier.

           Le verbe Avoir a besoin d'Être
    Parce qu'être, c'est exister.
    Le verbe Être a besoin d'avoirs
    Pour enrichir ses bons côtés.

          Et de palabres interminables
    En arguties alambiquées,
    Nos deux frères inséparable
    Ont pu être et avoir été.
     

     


    3 commentaires
  • allez Vamos aujourd'hui nous allons manger la mona à l'oued Nififik, qui se souvient, c'était l'exode à Fédala, les uns en voitures les autres à bicyclettes, et tout le monde dans la bonne humeur, des que nous arrivions les hommes préparaient le feux pour la paella ou les brochettes, puis l'apéro et la kémia, anisette, vins d'oranges et les gosses grenadine (il n'y avait pas de coca à l'époque), on se cassait aussi les oeufs durs sur la tête la vrai rigolade, après le repas les hommes jouaient aux boules les jeunes au ballon etc.. les mère "tchatchaient", mais elles ne parlaient ni de Président, ni sondage, ni chômage, ni délinquance , ni  drogue, c'était le bon temps, la vie était plus saine, le soir nous reprenions le chemin du retour heureux de notre journée, les bras chargés de mimosa, nous faisions des fois une halte au bistrot de St. Jean pour boire une boisson fraiche. si un cycliste crevait un pneu en cours de route, pas de problème il y avait toujours une voiture pour le transporter.  

    j'ai souvent la nostalgie de notre jeunesse pleine d'insouciance et faut dire que nous avons eu une belle vie , nous n'avions pas grand chose mais  nous étions heureux .





    2 commentaires
  •  


    votre commentaire
  • Bouteilles de champagne

    Taille des bouteilles de Champagne

    En matière de Champagne, vous connaissez certainement la bouteille standard, le magnum et le jéroboam.
    Mais savez-vous que la taille des bouteilles de champagne peut varier de quelques centilitres à plusieurs litres ?

    Voici les différentes tailles de bouteilles proposées par les producteurs de Champagne :

    Les deux premières sont rarement commercialisées, vous les trouverez plutôt à bord des avions, dans les restaurants ou les caves à vins. Ce sont :

    Le quart : 20 cl
    La demi-bouteille ou fillette : 37,5 cl


    Les bouteilles les plus connues et les plus vendues sont les suivantes :

    La bouteille standard ou Champenoise : 75 cl
    Le Magnum : 1,5 l (2 bouteilles de Champagne)
    Le Jéroboam : 3 l (4 bouteilles de Champagne)


    Les bouteilles à grande contenance sont plus rares et certaines, de taille exceptionnelle, sont fabriquées sur commande pour des évènements spéciaux.
    Vous les trouverez en vous rendant directement chez les producteurs.
    Ce sont :

    Le Mathusalem : 6 l (8 bouteilles de Champagne)
    Le Salmanazar : 9 l (12 bouteilles de Champagne)
    Le Balthazar : 12 l (16 bouteilles de Champagne)
    Le Nabuchodonosor : 15 l (20 bouteilles de Champagne)
    Le Salomon : 18 l (24 bouteilles de Champagne)
    Le Souverain : 26,25 l (35 bouteilles de Champagne)
    Le Primat : 27 l (36 bouteilles de Champagne)
    Le Melchisédech : 30 l (40 bouteilles de Champagne)

     

     

    taille bouteilles de Champagne

     


    1 commentaire
  •  

    Loin des vieux livres de grammaire,

    Écoutez comment un beau soir,

    Ma mère m'enseigna les mystères

    Du verbe être et du verbe avoir.

     

    Parmi mes meilleurs auxiliaires,

    Il est deux verbes originaux.

    Avoir et Être étaient deux frères

    Que j'ai connus dès le berceau.

     

    Bien qu'opposés de caractère,

    On pouvait les croire jumeaux,

    Tant leur histoire est singulière.

    Mais ces deux frères étaient rivaux.

     

    Ce qu'Avoir aurait voulu être

    Être voulait toujours l'avoir.

    À ne vouloir ni dieu ni maître,

    Le verbe Être s'est fait avoir.

     

    Son frère Avoir était en banque

    Et faisait un grand numéro,

    Alors qu'Être, toujours en manque.

    Souffrait beaucoup dans son ego.

     

    Pendant qu'Être apprenait à lire

    Et faisait ses humanités,

    De son côté sans rien lui dire

    Avoir apprenait à compter.

     

    Et il amassait des fortunes

    En avoirs, en liquidités,

    Pendant qu'Être, un peu dans la lune

    S'était laissé déposséder.

     

    Avoir était ostentatoire

    Lorsqu'il se montrait généreux,

    Être en revanche, et c'est notoire,

    Est bien souvent présomptueux.

     

    Avoir voyage en classe Affaires.

    Il met tous ses titres à l'abri.

    Alors qu'Être est plus débonnaire,

    Il ne gardera rien pour lui.

     

    Sa richesse est tout intérieure,

    Ce sont les choses de l'esprit.

    Le verbe Être est tout en pudeur,

    Et sa noblesse est à ce prix.

     

    Un jour à force de chimères

    Pour parvenir à un accord,

    Entre verbes ça peut se faire,

    Ils conjuguèrent leurs efforts.

     

    Et pour ne pas perdre la face

    Au milieu des mots rassemblés,

    Ils se sont répartis les tâches

    Pour enfin se réconcilier.

     

    Le verbe Avoir a besoin d'Être

    Parce qu'être, c'est exister.

    Le verbe Être a besoin d'avoirs

    Pour enrichir ses bons côtés.

     

    Et de palabres interminables

    En arguties alambiquées,

    Nos deux frères inséparables

    Ont pu être et avoir été.

     

    Oublie ton passé, qu`il soit simple ou composé,

    Participe à ton Présent pour que ton Futur soit Plus-que-Parfait.....

     

    QU’ELLE EST BELLE NOTRE LANGUE !

     

    L'auteur de ce beau poème est "Yves Duteil"-> Pas surprenant, n'est-ce pas ?





    1 commentaire