• CERDAN Paul

    Paul Cerdan, le plus jeune fils de Marcel, est décédé

     

     

    Il avait 63 ans et résidait depuis une trentaine d'années sur la Costa Brava où il tenait un restaurant. Un cancer l'a emporté.


     
    "II était, je crois, celui des trois fils qui ressemblait le plus à son père Marcel Cerdan : très brun, trapu, les yeux marron rieurs... Je suis affligée par sa disparition", évoque, la voix enrouée d'émotion, Christine Garcia, une cousine au second degré de la famille Cerdan. Elle nous parle de Paul, 63 ans,qui vient de mourir en Espagne des suites d'un cancer à l'intestin. 

    Christine a appris samedi soir la triste nouvelle, au téléphone, de la bouche même de René, 68 ans, le frère cadet de Paul. René reste avec l'aîné, Marcel junior, 72 ans, l'un des derniers fils survivants du "bombardier marocain", autrement dit Marcel, mythique boxeur des années 40 s'il en est, et de sa femme (leur mère) Marinette. Le couple est enterré au cimetière de l'Ouest à Perpignan. 

    Une famille très soudée

    Christine reprend : "Quand on était plus jeune, à Casa (Casablanca, ndlr) puis plus tard en Espagne, on se fréquentait beaucoup. Mais depuis quelques années c'est vrai qu'on se voyait moins, même si nous avions gardé le contact. C'est une famille qui est restée très soudée, très clanique, et on se donnait toujours des nouvelles des uns et des autres. Je savais donc que Paul était atteint d'un cancer, mais qu'il était en rémission... Et puis il a dû être une nouvelle fois récemment opéré et sa maladie s'est soudainement aggravée. Elle a fini par avoir le dessus... Il laisse une épouse, d'origine catalane du sud, et deux enfants, Sarah et Paul junior, âgés d'une quinzaine d'années. Aujourd'hui, évidemment, je pense à eux très fort...".

    Le "Marcel Cerdan" en front de mer

    Installé depuis une trentaine d'années à Playa de Aro, sur la Costa Brava, Paul Cerdan tenait un restaurant : le bien nommé "Marcel Cerdan" sur le front de mer. Le lieu était très prisé par la communauté française résidant en Catalogne ou y venant en villégiature.

    "C'était un homme ouvert, souriant et chaleureux" poursuit sa cousine, "comme le sont les Cerdan ! Il avait noué un solide réseau d'amitiés et il va manquer à beaucoup de gens".

    Christine Garcia ne savait pas encore où et quand allaient se dérouler les funérailles de son cousin Paul. Mais peut-être que le benjamin de Marcel et Marinette ira reposer, pour l'éternité, aux côtés de ses parents chéris.

     

     

    « La MonaEcole du port »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :